Introduction

Cone
Cet article détail la réalisation complète de mon PW-6U, un planeur semi-maquette de 1,60m d'envergure. Le plan est tiré d'un numéro de Fly International et largeme]nt adapté pour un gain de poids mais surtout de réalisme.

Cependant, comme l'indique le petit cône à gauche, cette page, toute comme ma réalisation, est encore en construction. Je la complèterais donc au fur et à mesure de l'avancement, mais surtout en fonction du temps dont je dispose! Revenez donc régulièrement!

Quoi qu'il arrive, dans la vie, tout a un début, et tout a une fin. Il en va de même pour ma passion des avions, et de même pour celle des maquettes. Il est donc naturel que celles-ci se rejoignent pour des maquettes d'avion, puis pour l'aéromodélisme. Alors puisqu'il faut bien un début, benzaï!!!

Pourquoi construire?
L'aéromodélisme est donc une discipline qui me passionne depuis quelques années. Depuis que je suis tombé sur une revue modélisme chez mon oncle étant petit même. J'étais vraiment attiré par une maquette d'un Ford, un p'tit gros avec une large surface ailaire et une faible vitesse de vol. Dans cette revue, il y avais un dossier sur la construction du kit, a base de fagots et planches de balsa. La construction me passionnais vraiment, voire la structure de l'avion en cours de réalisation... Mais je n'avais encore jamais franchi le pas, ni du vol, ni de la construction.

Pourquoi le Twin SMyck?
Le Twin-pewee, Twin-Smyck, le PW-6U. Ce sera donc mon premier avion. Pourquoi lui? Tout simplement car lorsque j'ai commencé la construction, j'étais encore un simple étudiant désœuvré (plus pour très longtemps). Donc un planeur trois axes était un bon choix niveaux portefeuille. Pourquoi? Le trois axes peut se piloter avec n'importe quelle radiocommande 4 voies. Donc pas besoin de radiocommande programmables hyper compliquée. Ensuite, dans un planeur, il n'y a pas de moteur. Donc pas besoin de faire les frais d'une hélice, d'un moteur/réducteur ni d'un variateur. Le pack d'accus a de plus une capacité inférieure, donc moins chère.
Enfin, vous me direz qu'un planeur nécessite une électronique miniaturisée et légère. Vous n'avez pas tort. Mais le constructeur original du PW l'a équipé de radio standard, et ça a l'air de bien voler. De toute façon, je me dirigeais vers des modèles de moins de 1,50m (planeur ou parkflyer), donc obligatoirement radio de petite taille...

Et au final, on s'attend à quoi?
J'oubliais. Je vous ai parlé du proto. Celui-ci pesait au final 680g, pour une charge ailaire de 39g/cm². J'espère faire passer le mien sous la barre des 400g, soit environ 23g/cm². Après avoir étudier le plan et le dossier d'origine, je pense que c'est largement possible. Je vous expliquerais comment tout au long de la réalisation.
Le tout nous donneras bien un beau semi-maquette d'environ 1,60 mètres d'envergure pour moins de 80 de long. Pourquoi semi-maquette? Parce que ça a plus de gueule! Mais alors pourquoi seulement "semi" me diriez-vous? C'est assez simple en faite: c'est ma première réalisation, alors je ne m'attend pas à une réalisation "au poil". De plus je travail avec des outils très simple: mes mains, un cutter et du papier de verre... V'là la précision! Puis l'aspect maquette entraine un surpoids non négligeable... surtout à cette échelle!

Au fait: par la suite je ferai souvent référence au "proto". Sachez que je ne parle alors pas de ma réalisation mais de l'avion réalisé par Alfred Belleck dont la réalisation est décrite dans le numéro de Fly International qui lui est consacré. Pour les personnes intéressées par la construction, il s'agit du Fly n°76.